Lecture Commune #3 : Yona, Princesse de l’Aube T.1

Hellow there !

Avez-vous la forme chers lectrices et lecteurs ? On se retrouve aujourd’hui pour un nouveau numéro de Lecture Commune, où Nekotalife, Xander, Allandryll et moi-même parlons d’un même manga et partageons avec vous notre ressenti sur ce dernier. Le manga du mois sera un Shojo, et celui dont nous allons parler sort un peu des clous du genre (c’est sans doute pour cette raison qu’on l’a choisi d’ailleurs !) : il s’agit de Yona, Princesse de l’Aube ! Comme pour les numéros précédents, vous pourrez trouver ci-dessous les avis de mes coéquipiers sur le titre en question (ajoutés au fur et à mesure en fonction de leur mise en ligne) :

Chronique de Nekotalife

Chronique de Xander

Chronique d’Allandryll

Yona, Princesse de l’Aube (Akatsuki no Yona暁のヨナ) est un manga de type Shojo narré et dessiné par Mizuho Kusanagi. Il comporte actuellement 24 tomes au Japon et est édité par Hakusensha, alors que le 20ème volume est prévu en France pour le 18 Octobre 2017 chez Pika.

Yona, Princesse de l'Aube T.1


Informations relatives à Yona, Princesse de L’Aube :

Scénariste : Mizuho Kusanagi

Dessinateur : Mizuho Kusanagi

Catégorie : Shojo

Genres : Aventure, Romance, Drame

Éditeur au Japon / en France : Hakusensha / Pika

Nombre de tomes : 24

Série terminée : Non

Prix : 6,95€

Synopsis :

Yona, princesse du royaume de Kôka, a grandi dans l’insouciance, choyée par le roi et protégée par son garde du corps, Hak. A l’approche de ses 16 ans, Yona est heureuse : son cousin et amour secret, Soo-won, vient lui rendre visite pour célébrer son anniversaire. Mais ce soir-là, une terrible tragédie survient et sa vie va être bouleversée à jamais.


Avis sur Yona, Princesse de l’Aube T.1 :

Même si il est une référence du genre, je ne connaissais pas spécialement Yona, Princesse de L’Aube. C’est donc avec curiosité que j’ai feuilleté ce Shojo.

Bannière

Scénario et personnages :

*Heu Thib’, tu n’aurais pas oublié ton habituelle partie Résumé par hasard ?* Hé bien… Non, c’est effectivement rare, mais mon résumé personnel ne sera pas nécessaire pour ce titre. La raison ? Le scénario de ce premier tome est malheureusement trop pauvre. Le synopsis proposé par l’éditeur est tout ce qu’on peut tirer de l’histoire actuellement sans spoiler. Je n’exagère pas, car en si on retire les 2 premiers chapitres (qui correspondent grossièrement à la première moitié du tome), nous n’en apprendrons pas plus sur la direction que prendra ce Shojo, l’autre moitié du volume étant une succession de flashbacks racontant l’enfance de nos trois principaux protagonistes : Yona, Hak et Soo-Won. Ainsi, je trouve que le premier tome est totalement introductif, et sur le plan scénaristique, je reste sur ma faim. Je pense qu’avoir le tome 2 sous la main m’aurait été d’une grande aide pour me faire une meilleure idée de la licence, malheureusement ce n’est pas le cas (et puis cela n’aurait pas de sens d’en parler ici).

Du côté des personnages, nous retrouverons notamment notre jeune princesse de 15 puis 16 ans, Yona. Il s’agit d’un personnage auquel il est difficile d’accrocher au départ à cause de sa vie de tous les jours ; après tout, c’est une demoiselle qui ne connait (presque) rien du monde extérieur et qui, au final, s’approche assez fortement du stéréotype de la princesse perchée au sommet de sa tour d’ivoire. Ce n’est qu’au moment d’un grave événement se déroulant le jour de ses 16 ans que l’on peut réellement apprécier le personnage, notamment par le chamboulement émotionnel dont elle est victime. D’une façon très rude, Yona prend conscience que le monde n’est pas si rose qu’elle ne l’espérait, et se voit contrainte de faire face à une réalité qu’elle n’aurait jamais pu accepter en temps normal. C’est d’ailleurs le point fort du manga : complots, trahisons, meurtres, lutte pour le pouvoir… Les thèmes ne sont pas des plus roses pour un Shojo, sans compter que l’action aura probablement une place notoire dans la licence, bien que ceux-ci soient rares pour l’instant.

Les deux autres principaux protagonistes, Hak et Soo-Won, sont deux garçons qu’a connu Yona durant son enfance et avec qui elle a grandi. Caractériellement parlant, ils sont opposés en tous points, et si l’un prend un malin plaisir à lui lancer des piques en quasi-permanence, l’autre est d’une nature plus protectrice et tâche de prendre soin de la fragile princesse. Bien que j’ai pu légèrement dénigrer les flashbacks un peu plus haut, leur place dans ce tome est totalement justifiée, car elle introduit de façon efficace les différents personnages ainsi que les liens qui les unissent. Néanmoins, leur position n’est pas la plus optimale pour attiser la curiosité du lecteur, ces derniers apparaissant en 2ème partie de volume, coupant légèrement l’envie de lire la suite (surtout par l’absence d’impact à la fin du tome).

L’évolution de Yona et les quelques émotions suscitées dans les premiers chapitres sont le point fort de ce tome, mais l’absence de cliffhanger n’encourage pas la lecture des volumes suivants. La narration est ramollie par les flashback qui prennent une part conséquente de ce 1er opus, mais l’histoire montre à plusieurs reprises que tout peut arriver dans Yona, Princesse de l’Aube, ce qui peut finalement inciter à voir ce qu’il se passe ensuite dans les tomes suivants.

 

Dessins et illustrations :

A manga particulier, style particulier. Ce dernier est tout à l’image de la jaquette du tome : détaillé et gracieux. On peut prendre pour exemple les quelques fois où on voit Yona vêtue de manière élégante, car aussi bien le travail apporté aux personnages et aux vêtements, correspond bien au genre et à l’univers que veut mettre en place Kusanagi-sensei. Les décors sont également détaillés et agréables à regarder.

Dessins

En revanche, je suis sceptique quant à la présence des anecdotes de l’auteure sur le bord de certaines pages, et ce, pour plusieurs raisons. Autant je ne suis pas dérangé quand c’est bien fait et/ou que ce n’est pas ennuyeux. Je n’en ai pas parlé lors de mes chroniques sur Takane & Hana, mais on en trouve également dedans, sauf que c’était léger, avec quelques illustrations et que cela se rapportait à l’histoire. Dans Yona, Princesse de l’Aube, c’est beaucoup trop lourd, car non seulement la plupart des potins ne se réfèrent pas à la série, mais c’est également bourré de texte, ce qui n’est pas des plus agréables. Je me demande d’ailleurs pourquoi la mangaka n’a d’ailleurs pas préféré faire une postface, ce qui aurait été bien plus agréable pour le lecteur.

 

Edition :

L’édition proposée par Pika est plutôt bonne comparée à d’autres oeuvres de leur catalogue, même si le défaut de transparence de certaines pages reste flagrant, ainsi que la présence de quelques fautes d’orthographe. Néanmoins, je mentirai en disant que ça m’a incroyablement gêné au cours de ma lecture, mais il faut tout de même le souligner.


Yona, Princesse de l’Aube propose des personnages attachants et des thèmes qui sortent un peu des clous du Shojo traditionnel, mais le manque de profondeur du 1er tome en freinera sans doute plus d’un, ce qui demandera probablement la lecture du 2ème volume pour se faire un avis plus fiable sur la solidité du scénario et du titre en lui-même. Ce côté est néanmoins compensé par de très beaux dessins qui sont en adéquation avec le style proposé par l’auteure.

Voilà ce que je pense du 1er tome de ce Shojo les loulous, en espérant que vous aurez appris 2-3 choses sur Yona, Princesse de l’Aube. Comme pour les autres Lectures Communes, n’hésitez surtout pas à visiter l’article de mes amis blogueurs pour profiter de l’oeil avisé de chacun d’entre eux. Le lien vers leur article se trouve dans l’introduction de cette chronique, vous ne pouvez pas le louper !
Sur ce, chers lectrices et lecteurs, une bonne fin d’après-midi à vous, et à Vendredi pour le Hors-Série de la semaine !

Publicités

8 réflexions sur “Lecture Commune #3 : Yona, Princesse de l’Aube T.1

  1. Neko 4 octobre 2017 / 15 03 53 105310

    Le premier tome est très, très introductif – ‘fin tu verras ce que je dis dans mon avis – mais quand ça prend son envol, ça le prend enfin heureusement ^^ Tu as eu des fautes dans ton exemplaire toi ? Y en avait pas dans le mien oO » (… ‘fin, j’en connais d’autres qui en on eu donc bon… mais c’est marrant de voir que les exemplaires jouent à être unique xD)

    Aimé par 1 personne

    • Thiboutsu 5 octobre 2017 / 13 01 52 105210

      J’ai trop de séries en cours, mais si je trouve en occasion pourquoi pas. 🙂

      Oui j’ai eu quelques fautes, cela restait rare et mineur, mais ça m’a sauté aux yeux lorsque j’ai lu le tome. C’est étrange en effet. ^^

      J'aime

  2. Xander 4 octobre 2017 / 18 06 45 104510

    J’ai bien accroché à ce premier tome. J’ai trouvé l’intrigue prenante dès le premier chapitre. Je te rejoins sur l’auteure qui raconte sa vie, trop pénible 😂

    Aimé par 1 personne

    • Thiboutsu 5 octobre 2017 / 13 01 53 105310

      Je pense que tout le monde est d’accord à ce propos. Elle est sympa l’auteure, mais je trouve que son speech aurait du être dans une postface, m’enfin. ^^

      Je n’ai pas réellement accroché, mais ça reste un bon manga selon moi aussi.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s